Les adresses IP

Le protocole IP permet à chaque équipement de discuter avec un autre en réseau grâce aux adresses IP, c’est la base de l’Internet. Il est important de savoir qu’il existe deux versions majeures de celui-ci :

IPv4

C’est encore la version la plus répandue aujourd’hui. Les adresses IPv4 peuvent être publiques (c’est-à-dire routables et accessibles sur Internet), ou privées (par exemple pour adresser un réseau local, comme celui qui se trouve derrière sa box). Celles-ci étant codées sur 32 bits, il ne peut y en avoir qu’un nombre trop limité à l’échelle de l’Internet d’aujourd’hui : au maximum 4 294 967 296. La démocratisation de l’accès à Internet et la multiplication des appareils connectés pose alors une réelle problématique, puisque l’épuisement des ressources IPv4 est proche : les organismes de gestion de certains continents ne sont déjà plus en mesure d’en allouer.

En Europe, pour limiter la casse et sauver ce qui peut encore l’être, le RIPE ne satisfait plus qu’une demande de /22 au maximum par opérateur, c’est-à-dire qu’il attribue un unique bloc de 1024 IPv4 aux organismes adhérents qui le demandent.

Le remède ? IPv6 !

Imaginé – entre autres – pour ne plus avoir à faire face à des pénuries, IPv6 n’est plus codé sur 32 mais sur 128 bits, portant à 3,4×1038 le nombre d’adresses disponibles, soit un nombre quasi-illimité par rapport à ce que l’on connait aujourd’hui. Avec de telles ressources, on peut sans problème attribuer à chaque équipement une ou plusieurs IPv6 : il n’est pas exclus que dans quelques années, votre frigo ou même votre brosse à dents aient leur propre IPv6, là où une seule IPv4 est aujourd’hui fournie à chaque foyer dans le meilleur des cas : fini le NAT et toutes les problématiques associées !

Ma Box Internet fournira une IPv4 fixe ainsi qu’un conséquent bloc d’IPv6 à chaque client. Il est important pour nous d’aider au passage général d’IPv4 à IPv6, qui semble la seule voie convenable à suivre pour l’Internet de demain.